Eglise Sainte Gertrude

Bref Historique

Rappelons que Tubize faisait partie, dès 877, de la mense conventuelle du chapitre ne Nivelles, qui parvint à récupérer à la fin du XVIIIe siècle, ses droits de cotisation et de patronat, acquis en 1059, rappelés en 1136 et néanmoins cotés par les seigneurs locaux emmenés par les sires d’Enghien. Ceux*ci lui abandonnèrent en 1722 la dotation des bénéfices de Saint Jean et de Notre Dame.

La paroisse qui avait rang d’église mère, fit successivement partie du doyenné de Hal dans le diocèse de Cambrai et de celui de Leew-Saint-Pierre dans d'archevêché de Malines après 1559. Le concordat la rangea parmi les succursales de l’église Sainte Gertrude de Nivelles. L’église actuelle, édifice gothique tardif construit vraisemblablement vers le milieu du 16ème siècle est une solide construction de pierre en forme de basilique, maintes fois remaniée par des additions et modifications de style renaissance, célèbre par son horloge décentrée et son jubé gothique en pierre bleue.

Une tour lourde et carrée, faiblement surhaussée en 1697, coiffée d’une flèche pyramidale de 1729 et surmontée d’un clocheton bulbeux, précède au déla du portail en anse de panier, 3 nefs hors-niveau de 4 travées, recouvertes de voûtes ogivales en briques, soutenues par des colonnes sur piédestal dépourvues de chapiteaux. Une annexe de 1837 prolonge le choeur gothique du XVIe siècle, sous lequel une crypte romane a été mise au jour en 1942.

D’antiques statues en bois peint des XVI au XVIIIe siècles (dont une vierge à l’Enfant, une Sainte-Anne trinitaire, un grand calvaire, un Christ en croix et un Christ aux outrages, une sainte patronne et un saint Roch populaire) ornent la nef et les croisillons dédiés jadis à la Vierge et à Saint Jean-Baptiste, nous conviant vers l’Hôte divin d’unvieux tabernacle de chêne et de pierre. Des confessionnaux, un banc de communion, des fonts baptismaux, un jubé soutenu par des colonnettes fasciculées sont d’autres témoins des générations passées. Un véritable tableau représentait jadis sainte Gertrude adorant les plaies du Sauveur. Au fond de l’Eglise des inscriptions tumulaires rappellent d’anciens bienfaiteurs de la paroisse.

Dans la chapelle sainte Philomène prolongeant le sanctuaire, une statue couchée rappelait le tombeau de cette jeune martyre du IIe siècle, découvert en 1802 dans des catacombes romaines, et les reliques confiées à la paroisse de Tubize en 1836 par le pape Grégoire XVI. Une procession se déroulait depuis lors chaque année, le premier dimanche d’août en l’honneur de cette sainte, invoquée localement contre les fièvres et à laquelle le curé d’Ars attribuait de nombreux miracles.Le lundi de Pâques voyait affluer les “ amenés” ( ou geleiden en néelandais ) de la procession annuelle , dite du bras de saint Véron, qui, partie de Lembecq à 7 heures du matin, ne s’achevait qu’à 18 heures, après une halte à Tubize. On attribuait à ce saint la spécialité de soulager les maux de tête principalement les migraines. On conserve enfin, dans la nouvelle chapelle de Notre -Dame de Stierbecque, une copie de la statuette de Notre-Dame en bois peint du XIVe siècle; l’originale ayant été transfèrée au musée de la Porte.

Messe du mardi 15/12/2015 à la résidence "Les Bruyères"

myFlickr

Messe du lundi 14/12/2015 avec la chorale à la résidence "Neuve Cour"

myFlickr